IMG_2872

HOMMAGE DE LA VILLE DE NOGENT SUR OISE AU CAPORAL VAN DOOREN

La Ville de Nogent sur Oise rend hommage en ce 8 mai 2013 au caporal Alexandre van Dooren du 1er régiment d’Infanterie de Marine, mort en accomplissant son devoir au Mali le 16 mars.

Le char AMX 10 RCR qu’il pilotait au cours d’une mission visant à rechercher et détruire des groupes terroristes dans le massif des Ifhogas a sauté sur une mine, ne lui laissant aucune chance.

Alexandre Van Dooren fut le cinquième soldat français à mourir au combat depuis le lancement de l’opération Serval le 11 janvier dernier.

Né le 8 avril 1989 – il allait fêter ses 24 ans -  Alexandre Van Dooren avait un lien avec notre ville, par sa mère Isabelle et par ses grands parents, André et Ghislaine Steinmann, très appréciés dans notre cité, présents aujourd’hui et auxquels je renouvelle la présentation de mes condoléances les plus sincères.

Enfant, Alexandre a vécu à Nogent sur Oise où il a notamment fréquenté l’école primaire Paul Bert, que dirigeait alors Pierre Nelson.

Les grands parents attentionnés le récupéraient régulièrement à la sortie des cours et souvent il dormait chez eux, sur place, à leur plus grande joie. Une grande complicité est ainsi née, qui a perduré au fil des années. Plus tard, il partit avec ses parents sur le secteur de Pont Ste Maxence.

C’était un enfant entier, plein de vie, qui savait se montrer parfois espiègle et qui s’engageait déjà à fond, avec passion,  dans ce qu’il entreprenait.

 C’est armé de ce même état d’esprit qu’il s’est engagé en octobre 2009 comme volontaire de l’armée de terre au Centre Parachutiste d’Instruction Spécialisée de Perpignan puis, à compter d’avril 2010, au 1er RIMA d’Angoulême, pour 5 ans.

 Engagé très dynamique et particulièrement efficace, son excellente manière de servir lui permit d’accéder au grade de caporal dès avril 2012. Il fit preuve tout au long de son engagement d’un enthousiasme accolé à un sens aigu des responsabilités, et de qualités physiques et intellectuelles qui faisaient l’unanimité, tant auprès de sa hiérarchie que de ses frères d’armes. Ce qui luit valut d’obtenir en 2012 la médaille de bronze de la Défense Nationale.

 Alexandre Van Dooren avait trouvé sa voie dans cet engagement militaire. Et il n’oubliait pas sa vie d’homme, à peine commencée.

Auprès de Pauline, tout d’abord, sa compagne, avec qui il s’était installé à Angoulême.

Auprès d’Alison-Lee, sa petite fille chérie, qui a fêté son deuxième anniversaire le 7 avril dernier ;

Le couple attend un second bébé, pour octobre prochain.

 Nul ne peut imaginer l’immense peine et la profondeur abyssale du chagrin qui se sont  abattus sur cette famille endeuillée. Et chacun sait  que l’irruption soudaine de la détresse renforce le sentiment de solitude et d’incompréhension face au malheur.

 Comment ne pas être  révolté par cette mort qui survient au moment où l’appel de la vie est à son zénith ?

 Quel sens peut-on donner à ce sacrifice survenu sur un autre continent, si loin de ses proches ?

 Le caporal Van Dooren a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France. Ce risque, comme tout militaire, il le connaissait et l’avait accepté.

Le caporal Van Dooren est mort au nom de ses valeurs, de nos valeurs qu’il a magnifié par sa bravoure et son dévouement.

Il est mort pour que l’obscurantisme et la barbarie de quelques illuminés ne soient imposés  au plus grand nombre.  Il est mort pour que triomphe notre vision partagée d’une société faite d’unité, de justice, de respect, de solidarité, de droit et de démocratie.

Son sacrifice apparait comme l’ultime rempart face à la déraison et à la tyrannie. Quelqu’un a dit un jour : «  Laissez la tyrannie s’installer sur un mètre carré et bientôt elle occupera toute la surface de la terre ».

 Le caporal Van Dooren s’est battu sur une terre qui n’était pas la sienne pour que chaque mètre carré de celle-ci soit consacré au bonheur et à la prospérité de ceux qui y vivent.

 Cette grandeur d’âme, ce sens absolu du devoir, ce courage sur le champ de bataille lui ont valu d’être fait chevalier de la Légion d’Honneur lors d’un hommage national rendu en présence des plus hautes autorités de la République française.

 A notre tour, en mon nom, au nom des Nogentaises et des Nogentais, je salue la mémoire du caporal Alexandre Van Dooren et m’incline avec respect et reconnaissance devant son sacrifice au service de la Nation.

 

Soyez assurés,

 

André et Ghislaine Steinmann,

 

Isabelle et Alain Van Dooren,

 

Pauline, Alison-Lee et toi le bébé en gestation,

 

Soyez assurés que la Ville de Nogent sur Oise n’oubliera jamais Alexandre Van Dooren.

 

Respect et reconnaisance à l’armée française !

 

Vive la République !

 

Vive la France !